“Ecriture” de Stephen King

Intro de l’auteur:

« Vous pouvez entreprendre cet acte, l’écriture, en étant nerveux, excité, plein d’espoir ou même de désespoir ; avec le sentiment que jamais vous n’arriverez à mettre sur la page tout ce que vous avez dans l’esprit et le cœur. Vous pouvez l’entreprendre avec les poings serrés, les yeux plissés, prêt à botter des culs et à relever des noms. Vous pouvez l’entreprendre parce que vous voulez épouser une fille, ou parce que vous voulez changer le monde. Vous pouvez l’entreprendre comme bon vous semble — mais pas à la légère. Permettez-moi de le répéter : n’approchez pas la page blanche à la légère.

Non que je vous demande de l’approcher avec révérence, ou sans vous poser de questions. Je ne vous demande pas d’avantage d’être politiquement correct ou de mettre de côté votre sens de l’humour (plaise à Dieu que vous en ayant un). Nous ne sommes ni dans un concours de popularité, ni aux jeux olympiques moraux, ni dans une église. Mais il s’agit d’écrire, nom d’un chien, pas de laver la voiture ou de se maquiller les yeux. Si vous êtes capable de prendre l’écriture au sérieux, nous pouvons faire affaire. Si vous n’en êtes pas capable, ou si vous ne voulez pas, le moment est venu pour vous de refermer ce livre et de faire autre chose. De laver la voiture, par exemple »…

…Passons aux choses sérieuses alors…

RESUME :

Première partie : c’est une autobiographie. La jeunesse Stephen King lorsque la passion de l’écriture s’est imposée à lui très tôt. Puis, sa bataille pour se faire un nom dans le monde littéraire avec ses déboires, espoirs, erreurs et sa détermination.  

Deuxième partie : c’est une boîte à outils. Quelques bons conseils largement expliqués à l’aide d’exemples et dans un style simple, pour les écrivains en herbe.  

MON AVIS :

Cet ouvrage n’est pas récent, certes (il date de 2003), mais c’est son titre qui m’a donné envie de l’acheter. Rien que le mot « Ecriture » écrit en gros sur la couverture m’a persuadée de le lire, surtout venant d’un des maîtres du thriller. Et je dois avouer — pour être une « espèce d’auteure à mon petit niveau » moi-même, que c’est un ouvrage à lire absolument quand on a attrapé le virus de l’écriture et le besoin de diffuser ses productions…

Partie autobiographie : l’auteur se livre sans tabous, n’omettant pas non plus son addiction  à l’alcool dont il est parvenu à se soigner.  Il est intéressant d’apprendre qu’il a montré très tôt ses prédispositions pour l’invention d’histoires. Il a souvent été dénigré et pendant de longues années. Mais il s’est imposé pas à pas. Et, s’il n’avait pas suivi ce que son cœur et son esprit lui disaient tout bas, il n’aurait peut-être pas eu la carrière à succès qu’on lui connaît, vu le nombre de « râteaux » qu’il a pris. Un vrai bulldozer. Avec son parcours et sa passion, il nous explique mieux que quiconque que l’inspiration peut s’associer au souffle de vie.

Partie boîte à outils : un manuel vivant, bourré de bons conseils, dont on peut être sûr qu’ils ne sont pas là pour faire joli, mais bien parce qu’un écrivain à succès les a mis en pratique. J’ai lu ce livre, un carnet à la main, pour prendre des notes. J’ai été ravie de voir que certaines notions se rapprochaient de mes propres découvertes. Mais, tous ses conseils sont importants et largement bien expliqués.

Ce livre est peut-être aussi un moyen de rendre hommage à son épouse Tabitha, sa plus fidèle lectrice, sa Lectrice Idéale, « un soutien sans réserve », celle qui sait lui dire la vérité, positive ou surtout négative, « Tabby peut être impitoyable quand elle a raison », celle qui le fait avancer. Et, malgré des moments très difficiles dans leur vie, le manque d’argent par exemple, ils ont surmonté les épreuves ensemble parce qu’ils ont toujours cru l’un en l’autre, sans réserve.

Ce livre enfin montre que Stephen King sait rester humble devant le succès et manie souvent le verbe avec humour. Même lorsqu’il raconte, dans les dernières pages, le jour où il a été victime d’un terrible accident qui aurait pu lui couter la vie. C’est à l’issue de sa convalescence, qu’il a écrit la partie « boîte à outils » de ce livre.

Alors, comme le dit encore Stephen King à la fin de cet ouvrage : « l’écriture ne m’a pas sauvé la vie, […], mais elle a continué à faire ce qu’elle avait toujours fait pour moi : rendre ma vie plus lumineuse et plus agréable. Ecrire n’a rien à voir avec gagner de l’argent, devenir célèbre, draguer les filles ou se faire des amis. Ecrire revient à enrichir la vie de ceux qui liront vos ouvrages, mais aussi à enrichir votre propre vie. C’est se tenir debout, aller mieux, surmonter les difficultés. Et faire qu’on soit heureux, d’accord ? Oui, faire qu’on soit heureux… »

Alors lancez-vous et suivez les bons conseils… 

Quelques infos:

Il n’est pas nécessaire de vous dire où trouver les ouvrages de Stephen King, ils se trouvent partout.

Alors, je vous donnerai simplement le lien vers sa bio sur :  Wikipedia.
La plupart de ses livres sont publiés, en français, chez :  Ed. Albin Michel

Je viens tout juste de découvrir un site français entièrement dédié à Stephen King, si cela peut vous intéresser : https://stephenkingfrance.fr

Sachez enfin que Stephen King est un philanthrope qui donne beaucoup pour de nombreuses œuvres.

Cet article a 2 commentaires

    1. Thank you 🙂

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier