Introduction et Chapitre 1

Introduction

La mémoire est la sauvegarde de notre identité.

Le chemin qui est nôtre, de l’aube au crépuscule de la vie, s’inscrit dans chaque parcelle de nous-mêmes.

L’Etre humain n’est pas uniquement fait de chair et de sang, il est une planète à lui seul avec ses montagnes et ses plaines, ses rivières et ses océans, sa tectonique implacable et ses subtils zéphyrs…

Il pleure et il rit,
Il hurle et il chante,
Il pense et il agit,
Parfois son cœur se penche sur une feuille de papier
et son âme s’y pose comme un papillon,
pour immortaliser sa peine, ses craintes, ses espoirs, ses doutes, ses rêves, ses désirs, son désespoir, sa joie,   ses regrets, ses secrets, sa honte, sa colère, sa vérité, son imaginaire, ses inquiétudes, ses idées, son délire, son inspiration, sa frénésie, ses ressentis,
sa vie tout simplement….

Chapitre I

Un jour que je faisais un peu de rangement, j’ai retrouvé les vieux cahiers de mon adolescence dans lesquels j’avais noté tous mes poèmes. Autant dire que j’ai explosé de joie car je pensais les avoir perdus à jamais.

Lorsque j’ai ouvert la première page de l’un d’eux, ma première réaction a été d’éclater de rire : je me suis moquée de moi-même… « C’est moi qui ai écrit cela, c’est très mauvais » me suis-je dit. Et une petite voix dans ma tête de me rétorquer : « Mais te souviens-tu au moins de l’âge que tu avais lorsque tu as écrit certains d’entre eux ? ».

Et alors, des bribes de souvenirs sont venues chatouiller mes neurones …

J’avais 11 ans, j’étais en classe de 6e. Ma meilleure amie venait d’écrire un poème et me le récitait fièrement.  Un peu orgueilleuse, je me suis dit que moi aussi je pouvais essayer. J’ai réfléchi pour trouver le sujet, ce n’était pas facile et puis j’ai décidé que mon poème s’intitulerait « La nuit ». Pourquoi ? Je ne sais plus. Je me suis concentrée pour trouver des rimes… C’est ainsi que mon tout premier poème est né…

La Nuit
(1974) 

O Miracle !
Voici venu le cycle
Du jour et de la nuit
Du sommeil et de la vie.

Et clignotent dans le noir
Dans cette nuit couleur d’ivoire
Des demoiselles dorées
En habit de soirée.

Et les ombres fantastiques
Sur ce voile magnifique
Se dégagent du décor
Où dansent les filles de roi.

Ce manteau de mystère
Qui enveloppe le temps d’un vers
Mes jolies miss au ciel
N’est qu’un frou-frou de farandole.

Et les cygnes majestueux
Les petits lapins affectueux
Comme des taches blanches
Sur un grand parchemin de branches

Et les cerfs le nez au vent
Les biches et les faons suivant
Comme une lente procession
Montant vers le bel Orion

Sous cette nappe d‘amitié
A l’heure où tous sont liés
Ils s’endorment pour une nuit
Sous une couverture de gui…

*

J’ai trouvé cet exercice sympa pour mes méninges et j’ai voulu en écrire un second, tout comme mon amie d’ailleurs. Alors, je me suis aussitôt attelée à la tâche. Ainsi est né : « La neige »… que je ne consigne pas ici. Mon amie a écrit le sien (il parlait de la Terre comparée à une boule de billard).

Mais il s’avère qu’après ce deuxième texte, j’ai ressenti l’envie de continuer d’écrire.

[…]

Fermer le menu
×
×

Panier