“Le croustilleur de Versailles” par Alice Masson

Extrait :

« A Versailles, ce 23 septembre 1661

A Madame de Pierrevert,

Je vous mande d’avance pardon, chère mère, d’avoir à vous annoncer une nouvelle qui va à n’en point douter vous chagriner. Depuis de longues années que j’exerce ici au Palais mon office de dame de compagnie auprès de notre Royale Majesté, j’eusse assisté à moultes péripéties alambiquées. Mais un meurtre, palsambleu, un meurtre ! Il est des premières fois que l’on eut préféré ne point expérimenter.

Je m’en vais vous relater point par point les faits funestes dont Versailles fut le théâtre ces dernières semaines et dont le Roi lui-même fut fortement affligé. Je tremble encore quand je songe à toute cette affaire et au chaos qu’elle souleva parmi les membres de la Cour. Cependant, je ne puis vous cacher mon excitation d’avoir participé activement, et de près à l’investigation, à mon corps défendant…  

                                  Voilà qui aiguise notre curiosité non?

Recueil publié chez Bookelis

Résumé :

Six histoires courtes : Le croustilleur de Versailles ; L’école des Vampires («l’entrainement » et « le test») ; La femme de l’année ; La pêcheuse de crevettes ; Modern Love

Du polar historique à la romance, de Louis XIV à la femme d’affaire tirée à quatre épingles, des petits morceaux de vie…croustillants…

Mon avis :

Six nouvelles qui traversent des lieux, des époques, des situations et des personnages aux antipodes les uns des autres. Pourtant, une chose les réunit tous : le talent de leur auteure, cette propension qu’elle a de promener sa plume avec aisance quel que soit le sujet. Et c’est bien là que se trouve sa richesse : prendre la main du lecteur et le promener à la Cour du Roi Louis XIV, puis l’embarquer vers les sombres années 40 et revenir à aujourd’hui, ou juste hier…

Mais, plus encore qu’un voyage entre les allées du Temps, Alice nous invite au voyage intérieur, celui qui dessine les contours de l’âme profonde de ses personnages singuliers. Découvrir le passé de « la femme de l’année » et ne plus la voir comme une image de marketing surfaite, apercevoir l’innocence des enfants de « l’école des vampires » comme un merveilleux rêve à la Roberto Benigni, goûter aux rocambolesques aventures d’une exposition de peinture ou vivre l’amour passionné de deux êtres que les autres méprisent et se surprendre à envier leur force magnifique bien au-delà de la révélation finale… Et que dire de cette enquête pleine de rebondissements dans le Versailles du XVIIIe siècle ? Un style savamment ciselé avec les mots et expressions en vieux français, celui qui a fait les plus belles heures de notre langue magnifique et dont l’auteure use avec élégance, offrant ici son hommage le plus subtil à son « modèle littéraire » Mme de Sévigné.

Le talent littéraire d’Alice Masson est « multi-pass ». Si les sujets sont parfois «osés» dans le sens de «téméraires», ils sont finement abordés, parfaitement maîtrisés et riches d’émotions…. Elle peut tout aussi bien manier l’humour jusqu’au sarcasme ou la dérision et la gravité nécessaire à l’évocation d’un passé douloureux.

Ce recueil de nouvelles est une belle découverte pour moi et une aventure que je vous conseille vivement pour frémir, rire, pleurer, croire, douter, se tromper, s’étonner, s’interroger… pour passer un excellent moment de lecture en fait.

Quelques infos :

Retrouvez Alice Masson sur Facebook :Alice Masson et Le blog littéraire d’Alice

Son blog chroniqueuse: https://alissash.home.blog

Alice est aussi rédactrice et chroniqueuse pour un journal numérique: FranceNetInfos 

Laisser un commentaire