“Le linceul des âmes ” de Eva Marin

Intro de l’auteure:

« C’est un thriller psychologique qui met en scène une jeune femme massacrée psychologiquement et physiquement par sa famille dont tous les membres sont des adeptes plus ou moins importants d’une secte. » (Extrait de l’interview de Florian Allain)

… Entrez dans un monde que vous ne pouvez imaginer…

Résumé:

Ely est une jeune femme qui a souffert durant de nombreuses années, car membre d’une communauté religieuse très stricte. Elle ne l’a pas choisie, elle y est née.

Mais, adolescente, elle a commencé à avoir des doutes sur les bonnes valeurs de cette congrégation. Ce qui lui a très vite valu des brimades, des menaces de morts, la haine de sa propre famille et de longues  tortures physiques et psychologiques.

Un jour, elle parvient enfin à s’enfuir, n’hésitant pas à se salir les mains. Devenue Rosa, grâce à l’aide bienveillante d’un prêtre catholique, elle prend une décision irrévocable : faire tout ce qui lui st possible pour empêcher cette congrégation de continuer à torturer des êtres et à les dépouiller de leurs moindre denier

Malgré sa mission semée de sang et de souffrance, Rosa connaîtra l’amitié et l’amour, pour la conduire dans sa nouvelle vie.

Mon avis:

Dès le début, l’auteure bouscule notre train-train quotidien. On est immédiatement plongé dans le décor sombre et atypique de cette congrégation (dont nous avons tous entendu parler un jour), qui au nom d’un Dieu d’amour, s’isole du monde et torture ses brebis qui posent un pied un peu trop en dehors de sa ligne de conduite.

Les couleurs s’affirment très vite : rouge et noir, c’est le passé d’Ely ; blanc, c’est le présent de Rosa, blanc comme le linceul qui la maintient du côté de l’espoir et dont nous découvrons la signification peu à peu…

En choisissant de nous conduire, tantôt dans le passé, tantôt dans le présent, Ely-Rosa se recompose pour faire d’elle une personne complète et vraie, alors qu’elle n’était plus qu’un être fragmenté par la souffrance et l’incompréhension. Elle est déterminée à stopper les horreurs physiques et psychologiques que commettent les « responsables » de cette congrégation. Ses souvenirs douloureux et sa rencontre avec Vanessa —  qu’elle parvient à sauver des tortures qu’elle a elle-même subies avant de s’enfuir — la confortent dans sa décision d’aller jusqu’au bout.

Bien sûr, sa renaissance est criblée de rancœur et de violence, mais ses contours sont faits d’amitié et d’amour, des sentiments nouveaux qu’elle rencontre sur son chemin.

Comme un assassin revient toujours sur le lieu de son crime, la victime revient sur le lieu de son calvaire, pour l’exorciser. L’odyssée d’Ely-Rosa est comme une ellipse temporelle où le passé et le présent finissent par se rejoindre et la plume d’Eva le fait avec subtilité.

Un peu “déstabilisant” dans le sens où le sujet traité est une “montagne”, il a provoqué (chez moi en tout cas) des sentiments divers : empathie, colère, tristesse, malaise, espoir, interrogation…

Dans ce livre, toute la panoplie de l’auteure : des scènes parfois insoutenables de violence, des descriptions très détaillées des lieux en France comme en Espagne, de larges moments de poésie et de tendresse, parfois d’amour torride… Et, au fil des pages, cet haletant espoir de vivre pour retrouver la lumière. Un livre qu’il est bien difficile de poser avant d’avoir atteint la dernière page…

Pour un premier ouvrage, je trouve que c’est un coup de maître(sse).

Quelques infos:

Amazon:  https://amzn.to/2CWd4QL 

Facebook : https://www.facebook.com/Ruiz.Eva 

Cet article a 2 commentaires

  1. Voilà une chronique qui donne envie !

    1. Merci Florence… 😀

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier