“Les Refuges” de Jérôme Loubry

Intro de l’auteur :

Les Refuges est un thriller psychologique dont on ne peut pas trop parler de risque de dévoiler un peu trop l’intrigue. Disons que l’histoire raconte ce qui peut nous arriver à tous, mais de manière originale et tortueuse“. (extrait de l’interview de Florian Allain )

Vous voilà prévenus, du meilleur comme du pire… 

Résumé (4e de couverture) :

Installée en Normandie depuis peu, Sandrine est priée d’aller vider la maison de sa grand-mère, une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte.

Lorsqu’elle débarque sur cette île grise et froide, Sandrine découvre une poignée d’habitants âgés organisés en quasi-autarcie. Tous décrivent sa grand-mère comme une personne charmante, loin de l’image que Sandrine en a.

Pourtant l’atmosphère est étrange ici. En quelques heures, Sandrine se rend compte que les habitants cachent un secret. Quelque chose ou quelqu’un les terrifie. Mais alors, pourquoi aucun d’entre eux ne quitte-t-il jamais l’île ?

Mon avis :

Un thriller qui décape ! Mais dans une subtile angoisse qui nous mène par le bout de l’œil jusqu’à la dernière page. Car, ce n’est seulement qu’à cet endroit que vous saurez tout ! Mais, attention, surtout ne vous y rendez pas immédiatement car, de toute façon, vous ne comprendrez rien si vous n’avez pas lu tout le livre…

*

De 1949 à 1986, c’est une navigation en eaux troubles qui offre un suspense épicé à notre appétit de lecteur. A chaque page, on ne peut s’empêcher de penser : « Mais que s’est-il donc passé ? ». On avale les chapitres à la recherche de la réponse ; l’histoire se tricote et se détricote. On tremble (même de peur), on exulte, on compatit, on s’attriste et on s’effare… Mais la question reste posée et le plaisir de lire augmente à chaque page … Quand on pense saisir enfin la réponse, elle nous échappe encore…

L’auteur nous déroute jusqu’au bout. Il nous bringuebale à sa convenance. Alors que l’on pense avoir affiné les contours de l’histoire en posant les briques à la bonne place, la plume de Jérôme Loubry instille sa contre mesure au bon moment qui vient souffler l’édifice. Il en reconstruit un autre…plus loin…ou pas,… différent…ou pas,…étonnant… surement et tout aussi solide. Les briques semblent se soulever au-dessus du chantier et se repositionner autrement. C’est la puissance de l’auteur, un architecte des mots qui peut offrir des mondes multiples en les maniant à sa guise.

“Les Refuges” est un ouvrage qui vous colle à l’âme parce qu’il n’arrête pas de vous interroger après la dernière page… Même si l’histoire se termine, elle ne peut vous laisser indifférent et vous pousse à reconsidérer le monde qui vous entoure… Ne sommes-nous pas tous, d’une manière ou d’une autre, l’hôte, l’essence, la trace d’un de ces refuges ?

J’ai eu le plaisir de rencontrer Jérôme Loubry lors de sa séance de dédicace à Marseille, il y a quelques semaines. C’est un auteur extrêmement sympathique et qui n’a pas « la grosse tête ». Son succès n’en finit pas de se confirmer au fil de ses romans, et je vous invite à le découvrir (si ce n’est pas déjà fait bien sûr).

Pour ma part, “Les Refuges” m’a donné envie de lire les autres livres de cet auteur et d’attendre patiemment le prochain (lors de notre rencontre, il a donné quelques indices sur le sujet qu’il traitera, mais je ne dévoilerai rien…).

Séance dédicace Jérôme Loubry au Monoprix Marseille 8e, le 24/11/2019

Quelques infos:

“Les Refuges” sur Amazon   

Jérôme Loubry sur Facebook

Livres publiés à ce jour:

 

Avec mes amis : Florian Allain (chroniqueur et ami auquel je fais souvent référence pour ses interviews d'auteurs), Marie-Claire Labadie (une lectrice compulsive et une amie dont la gentillesse et la bonne humeur communicative ne sont plus à prouver), Jérôme Loubry (notre sympathique et génial auteur), Laure Enza (auteure indépendante dont je vous parlerai dans une future chronique d'un de ses livres) et moi... Lors de la séance de dédicace au Monoprix de Marseille 8e, le 24/11/2019

Laisser un commentaire